Un petit courant d'air

 

c

création 2021 

 

 

 

Danse jeune et tout public

2 ans et + 

 

 

Création européenne dans le cadre du Projet LIBERTY

(creative europe)

 




Télécharger
Dossier du spectacle. PDF
2019 09 19 UN PETIT CA CREA.pdf
Document Adobe Acrobat 203.1 KB



 

Présentation

 

Un petit courant d’air

 

Danse et objets

Jeune public / 2 ans et +

 

 

Avec la pièce, « Un petit courant d’air », nathalie cornille nous invite une fois de plus à partager une réflexion sur la nature.

 

Le vent, l’air que l’on respire, l’absence de frontière, la liberté, autant de thèmes qu’une simple installation, soulève et nous entraine dans la douceur d’un moment de partage en compagnie d’une danseuse.

 

Un univers fait de mobiles, de moulins, de cerfs-volants, de souffle, de mouvements et de déplacements, tantôt doux, tantôt portés par la force du vent, des vents, tantôt soulevés par la pression de l’air, par la force centrifuge ? Une déclinaison, une recherche, une exploration et une réflexion pour un instant partagé, comme le partage de l’air, de l’espace, bien de tous.

 

Le vent n’a pas de frontière, il change parfois de nom mais rien ne l’arrête, ni les murs, ni les hommes. Il se glisse, se faufile, il pousse, il s’immisce, il se fait doux ou violent, il caresse ou il bouscule, il tourbillonne, sa voie est libre, il chante, il siffle, il tombe mais jamais ne renonce.

 

 

 

« Un petit courant d’air » est une pièce chorégraphique, dédiée à la nature, un hommage à ce qui nous entoure et que l’on n’oublie parfois.

 

 

Les installations plastiques de Jean-Jacques Lefevre, fidèle compagnon de route de nathalie cornille, offre un écrin à une chorégraphie poétique et sensible. La scénographie conjuguée en duo a déjà permis de découvrir des réalisations contemplatives telles que les « nichoirs » du spectacle « Pépiements » ou l’origami géant du spectacle « Madame Butterfly ».

 

 

 

 

La danse voyage dans un monde imaginaire où les objets entrent en mouvement comme des partenaires de scène.

 

 

 

  

un petit courant d’air,

doux,

se faufile,

au delà des murs,

emporte et soulève,

bouscule et caresse,

 

rien ne l’arrête,

ce vent de tête,

parfois tempête,

fuit les moulins,

suit le chemin,

libre demain.